13 juin 2007

Nouvel article de LaTribune.fr

Extrait de la tribune du 13/06/2007

Débrayages en série dans les centres d'appels de SFR

Trois semaines après l'annonce par SFR de transférer à des sous-traitants trois de ses centres d'appels (voir " La Tribune " du 24 mai), la mobilisation contre ce projet ne faiblit pas. Tous les jours depuis le 23 mai, des débrayages sont organisés sur les sites concernés (Lyon, Toulouse et Poitiers) où travaillent 1.900 personnes. Confronté à une baisse de 3 % à 4 % des appels depuis un an, SFR a décidé de vendre ces sites à Teleperformance et Arvato Services, des sociétés spécialisées dans les centres d'appels. L'opérateur s'est cependant engagé à ce que les sous-traitants gardent les collaborateurs de SFR pendant au moins trois ans et maintiennent les salaires et l'ancienneté. Mais les employés considèrent que cette vente n'est économiquement pas justifiée et craignent à terme pour leur emploi.

UN CCE EXTRAORDINAIRE

Le 5 juin, la direction de SFR devait présenter son projet aux syndicats lors d'un comité central d'entreprise (CCE). Mais celui-ci a été annulé et un appel intersyndical à la mobilisation a réuni le même jour plus de 1.000 collaborateurs du groupe Vivendi (maison mère de SFR). Finalement, un CCE extraordinaire devrait se tenir le 20 juin.

Du côté de SFR, on veut temporiser assurant " être soucieux d'ouvrir le dialogue " . Devant le tollé provoqué par ce projet, Hervé-Matthieu Ricour , le PDG de SFR service client, a annoncé vouloir " offrir aux salariés concernés des garanties complémentaires " qui prendraient la forme de " mesures d'accompagnement ". Mais les syndicats voient dans cette proposition un moyen déguisé de licencier des salariés et rappellent qu'en 2004, Vivendi s'était engagé auprès du ministère de l'Économie et des Finances à créer 1.500 emplois sur cinq ans en échange de pouvoir bénéficier du dispositif de l'impôt mondial consolidé. Soit une économie de 5 milliards d'euros d'impôt.

F. P.

Posté par Admin du Blog à 15:54 - - Permalien [#]